Conference INSPIRE 2020 à Dubrovnik : assurée par video

La devise 2020 s’adresse aux utilisateurs d’INSPIRE:
« Conjuguer durabilité et numérisation! »

Accès à la page de la conférence

La conférence s’est tenue par visioconférences du 3 au 12 juin 2020.

Principales conclusions

– INSPIRE s’inscrit désormais dans l’initiative de Green Data Space dont le périmètre et les modalités de mise en œuvre seront établis fin 2020. La perspective de futures sources de financements crée une certaine effervescence . Des sources de financement sont déjà espérées : Destination Earth Program (données satellite & données géographiques), Digital Europe Programme, CEF Public Open Data. Le Green Data Space comprendrait les données prioritaires pour les rapportages environnementaux, les données socle (au sens de la Commission européenne), une partie des données de forte valeur ainsi que d’autres jeux de données.
Il y a en outre l’initiative GreenData4All (avec l’idée de moderniser INSPIRE) ainsi que la volonté plus générale d’avoir des données de fine résolution pour obtenir un jumeau numérique de la terre (Twin the Earth).

– Le principe des données socle pour l’Europe est reconnu. Il sera composé de données de référence et des données environnementales officielles. Que ce soit dans les cadres INSPIRE ou Green Data Space, elles vont correspondre partiellement à la description des données socle d’UN-GGIM : Europe.

– La simplification de modèle fait partie des expérimentations en cours. Elle a surtout porté sur le thème Adresses et les encodages alternatifs recommandés sont JSON (pour le web) et GeoPackage (pour les SIG)

– Pour la France
Le BRGM va mettre à disposition mi-septembre 2020 une instance du validateur européen dans l’infrastructure Geocatalogue, ce qui permettra un accès plus rapide aux producteurs de données français. Le Centre commun de recherche (JRC) va organiser une session de formation pour enseigner à le déployer.
Parmi les écosystèmes analysés se trouvait le portail Rudi de la métropole de Rennes

Conseils pour avoir des données découvrables.
• Avoir des portails munis d’API (donc utilisables par une machine et pas un humain).
• Avoir une sitemap afin que les moteurs de recherche puissent référencer les métadonnées
• Avoir des URLs et des titres courts pour être mieux référencés par Google
• Le standard OGC API Records est en développement (pygeoapi a été présenté et permet de déployer ce catalogue).
• Avoir des métadonnées de qualité, renseignées automatiquement

Accès au site de la conférence INSPIRE avec toutes les présentations (c’est en anglais)

LES TROIS THÈMES ABORDÉS :

1: Collaborations, expériences passées et perspectives d’avenir
Ce que nous avons appris jusqu’à présent dans le processus INSPIRE, c’est qu’une infrastructure technique est à la hauteur de l’infrastructure sociale qui la sous-tend. Pour cette raison, INSPIRE est un bon exemple de la valeur ajoutée de l’UE: rassembler les gens pour collaborer!

L’un des aspects les plus difficiles a été de mettre en place un cadre ouvert et participatif dans lequel toutes les organisations impliquées pourraient trouver une voix dans la définition des éléments techniques et organisationnels de l’infrastructure et développer une communauté de personnes s’aidant mutuellement dans la mise en œuvre.
C’est le bon moment pour considérer les expériences passées et discuter de la future collaboration entre les gouvernement, secteur privé, milieu universitaire et citoyens.

2: Solutions numériques
La transformation numérique modifie l’organisation du secteur public, les entreprises, les processus, les compétences et les modèles pour tirer pleinement parti des technologies numériques et de leur impact accéléré dans la société.
Il s’agit d’orienter les travaux futurs sur la législation existante en matière de données et en particulier la directive INSPIRE.

3: Applications pour la société
Le succès d’INSPIRE doit être mesuré sur l’utilisation de l’infrastructure. La construction des applications et de l’API au-dessus de l’infrastructure est cruciale pour garantir l’utilisation et la durabilité. La participation de fournisseurs de technologies et d’outils des communautés privées et open source est une contribution importante au débat. Des applications développées aux niveaux mondial, européen, national, régional, local ou dans le contexte de collaborations transfrontalières, pourraient couvrir un large éventail de thèmes pertinents pour les politiques.

______________________________________________________________________________________________